Chow-Chow Club Français Chow-Chow Club Français

Club officiel de la race - Affilié à la Société Centrale Canine depuis 1954 

[Accueil]     Le comité     Les missions     Adhérer     Contacts

L'HISTOIRE



Photographies extraites des archives du Chow-Chow Club Français

Chow-Chow Club Français
Fr Ch K'Fou-Yen (M - 1936)
Champion du monde 1937
à Mme Maréchal


Chow-Chow Club Français
Fr Ch Xing-Fu de la Moulaine (M - 1949)
à M. & Mme Musnik

Chow-Chow Club Français
Fr Ch Gang-Bek de la Moulaine (M - 1957)
à Mme Urbain (de la Viraine)

Chow-Chow Club Français
Fr Ch Chang-Shi Foo Shima (F - 1957) imp BE
à Mme Descamps (de Pi-Po Sim Tchang)

Chow-Chow Club Français
Fr Ch Kwong du Sytka (M - 1961)
à M. et Mme Hamel (de Sytka)

Chow-Chow Club Français
Int/Fr Ch Luang-Thai Mong-Fu (F - 1962) imp LU
à Mme Coraboeuf (de Black Dragoon)

Chow-Chow Club Français
Le stand du CCCF à l'exposition de Paris 1973

Chow-Chow Club Français
Li Blue Song (F - 1962) à Mme Daher

Chow-Chow Club Français
Nit'Cheou de Ouah Ouah (M - 1964)
à Mme Gabriel

Chow-Chow Club Français
Fr Ch Bro-Vin vom Melbtal (M - 1965) imp DE
à Mme Lambert-Klein (de Penchateau)

Chow-Chow Club Français
Onyx-Thai de Black Dragoon (F - 1965)
au Dr Chabert

Chow-Chow Club Français
Orkhan (M - 1966) à Mme Aristide

Chow-Chow Club Français
Les prix offerts par le CCCF à l'exposition de Paris 1973

Chow-Chow Club Français
Quang Nam de Penchateau (M - 1967)
à Mme Rouillon (des Fonds de l'Aulnaie)

Chow-Chow Club Français
Fr Ch R'Mit Shu de la Genthillière (F - 1968)
à Mlle Peroz (de la Genthillière)

Chow-Chow Club Français
Ubu Ts'Ing du Chang Tung (M - 1971)
à Mme Lecardonnel

Chow-Chow Club Français
Iadja du Temple Haolo (M - 1973)
à Mme Chamolet

Chow-Chow Club Français
Int/Fr Ch Chanoyu Fiery Dragon (M - 1978) imp GB
à M. Favier (de Nha Do Mong)

Rappelons à titre liminaire que le chow-chow, d'origine asiatique, s'implanta en Europe il y a environ deux siècles. En France, il resta relativement discret jusque dans les années 1910. Il était alors l'apanage de riches personnalités parisiennes, à une époque où existait encore l'impôt sur les chiens. Dans les années 1920, la race commenca à susciter l'intérêt du Tout-Paris, forte du prosélytisme de Mme Renée Maréchal. C'est cette dernière qui fut à l'origine de la création du tout premier Club de race en France, qui précéda le Club actuel créé par la suite en 1954.



Les premiers pas du Chow Chow Club de France


Le premier Club de race - baptisé Chow-Chow Club de France est donc fondé en 1926. Rapidement, il s'engage dans une action énergique en faveur de la race et il charge une commission de fixer un certain nombre de points garantissant la qualité des sujets. En 1928, ce premier standard de la race est homologué par la Société Centrale Canine (SCC). Pour l'anecdote, ce texte ne fait pas état de la démarche guindée. Contrairement au premier standard britannique, il comporte cependant une taille minimale de 53cm (sans distinction du sexe). Un certain nombre de pénalités, avec un nombre de points, sont listées à la fin du document.

En 1929, le bureau se compose d'un certain nombre de membres de la haute bourgeoise parisienne, rassemblés sous la présidence d'honneur du Baron Jaubert de la façon suivante :

- Présidente : Mme Renée Maréchal (fondatrice)
- Vice-présidents : Mme la Comtesse de Ségur et M. Edmond du Mesnil (décédé peu après)
- Secrétaire général : Dr Fernand Mery
- Trésorière : Mme Sonnois-Périgot (de Briquesart)



Le Chow-Chow et la bourgeoisie parisienne

On ne peut séparer l’implantation et le développement du chow en France de la vigueur de Mme Maréchal à faire connaître la race. Le Dr Mery racontera plus tard dans son ouvrage Le Chow-Chow (éd. Crépin Leblond et Cie, 1970) qu’ « il n’y eut pas de matches de polo, de garden-parties ou d’élégants week-ends auquel elle n’assistât flanquée de ses deux chows. (…) Elle plaida si bien leur cause que le chow devint en quelques années, le chien de classe, le chien de luxe qui consacre ».

Dans les années 1930, les producteurs et propriétaires de langues bleues sont principalement localisés dans la capitale. Le chow est alors le chien des personnalités les plus en vue. Aux figures du théâtre des années 1920 Mme Cécile Sorel (Comtesse de Ségur), Mme Jeanne Provost, M. Jean Gabin, Mme Gabrielle Dorziat (devenue Comtesse de Zogheb en 1925, Prix féminin du cinéma de la meilleure interprète en 1949) s’ajoute des actrices de cinéma internationales telles que Mme Alice Terry connue pour avoir tenu le rôle de Marguerite dans le film « Les Quatre cavaliers de l’Apocalypse » en 1921 et Mme Lil Dagover figure du cinéma muet des années 1920 et que l’on a pu admirer en France des les films Monte-Cristo (1928) de Henri Fescourt et Le Tourbillon de Paris (1928) de Julien Duvivier.

Grâce à cet engouement, au début des années 1930, la race connaît un réel essor. En 1929, le nombre d'adhérents s’élève à 52, contre une douzaine en 1926. Le Club publie sa première revue de 14 pages au format A4. Les engagements aux expositions canines passent en trois ans d’une poignée à plus d’une trentaine.



Le développement de la race en France et les expositions canines

Si en 1926, la prestigieuse exposition internationale de Paris ne réunit que 7 ou 8 chows, un « thé représentation » est organisé par le Chow-Chow Club de France dans la capitale l’année suivante, à l’Hôtel Claridge. Placé sous la présidence de la Comtesse de Ségur, l'évènement réunit 27 sujets. En 1928, le Club sollicite de la SCC le droit d'organiser des spéciales de race et obtient de celle-ci que les chows exposés soient répartis en 4 catégories : rouges, crèmes, bleus et noirs. L’exposition du Chow-Chow Club de France de 1931 est organisée au Golfer’s Club de Paris, sur les Champs-Elysées, et compte 40 engagements. Une présentation à la Presse y est organisée. L’année suivante, 50 chows sont inscrits. Pour la petite histoire, Nanouk sort vainqueur de la compétition. C'est l’un des tous premiers chows de Mme Yvonne Diot (qui deviendra plus tard présidente du Chow-Chow Club Français). En 1937, l’exposition canine mondiale se tient à Paris et c'est l’un des chows de Mme Maréchal qui remporte le titre de Champion du monde (voir ci-contre).



Le seconde guerre mondiale et l'essouflement du Chow-Chow Club de France

L’essor du Chow-Chow Club de France – et de la race – se poursuit pendant un certain nombre d'années. Cependant, le destin du Club étant fatalement lié à celui de sa fondatrice, il s’essouffle avec le déclin de la santé de Mme Maréchal. En 1954, Mme Yvonne Diot, proche amie de Mme Maréchal, rassemble quelques amateurs de la race et en accord avec le Chow-Chow Club de France, elle constitue une nouvelle association baptisée Chow-Chow Club Français. Les statuts sont déposés à la Préfecture de Paris le 28 mars 1954.



La naissance du Chow-Chow Club Français et le nouvel essor de la race

La race ne pouvant compter qu'un seul Club officiel, le Chow-Chow Club de France cède officiellement sa place à l'association formée par Mme Diot, qui sollicite son affiliation à la SCC en mai 1954. C'est ainsi que le Chow-Chow Club Français devient le nouveau Club de race officiel. L'association étant engagée sur les rails de sa destinée, Mme Diot présente sa démission au comité en décembre 1954. Mme Suzanne Descamps (de Pi-Po Sun Tchang) lui succède. Le bureau se compose alors comme suit :

- Présidente : Mme Suzanne Descamps (de Pi-Po Sun Tchang)
- Vice-présidents : M. Henry Musnik et M. Defrémont
- Secrétaire générale : Mme Musnik
- Trésorier : M. Limet

Dans les années d'après guerre, le chow cesse progressivement d’être le chien de l’élite parisienne. Il est de plus en plus représenté dans les expositions canines en dehors de Paris. Les éleveurs se multiplient en province et certains prestigieux affixes sont créés comme celui de M. René Hassenforder (de la Moulaine) en Moselle. Mme Maria Lambert-Klein (de Penchateau) dans le Nord acquiert son premier chow en 1948 et enregistre son nom d'élevage en 1953. Les adeptes provinciaux, plus modestes et dévoués, se font de plus en plus nombreux.

Ce mouvement de démocratisation s’accentue dès la libération et se retrouve dans beaucoup d’autres races. L’impôt sur les chiens est abrogé en 1959. On compte alors environ 4 millions de chiens de compagnie, toutes races confondues en France (actuellement, on en compte environ 8 millions).



Les années 1960/1970

La première tâche du Club est de fédérer les adeptes de la race qui sont alors répandus aux quatre coins du pays. L’association lance un appel incitant tous les propriétaires et éleveurs de chows à se regrouper au sein du Club. Les efforts paient puisque les adhésions suivent une courbe exponentielle pour passer de 55 en 1954 à plus de 600 à la fin des années 1970.

L’assemblée générale de 1966 décide de porter la cotisation à 20 Francs (soit environ 24 de nos actuels euros).

Depuis sa création, le Club publie une revue régulière baptisée "Le Messager du Chow-Chow Club Français", dont la gestion est confiée à M. et Mme Hamel (de Sytka). Le Messager fera le lien entre les adhérents éparpillées dans l'hexagone jusqu'au milieu des années 1960 avant de céder sa place à un support plus original. Ainsi, le magazine canin bimensuel La France Canine, avec le concours de Mme Diot, réserve quelques pages aux langues bleues dans chacun de ses numéros depuis la fin du Messager.

Côté administration, M. Pierre Etienne fait son entrée dans le comité en 1957. Mme Descamps assume la présidence du Club jusqu'en 1959. Résidant alors à Nice, elle céde sa place à Mme de Vilhena qui démissionne après quelques mois. Mme Diot reprend le flambeau en 1959. Par la suite, Mme Coraboeuf prend la fonction de secrétaire et l'époux de Mme Diot, M. Robert Diot, se charge de la trésorerie de l'association.

L'activité cynophile devient de plus en plus réglementée et la confirmation est créée en 1966. Mue par la volonté de maintenir des rouges sans reflets charbonnés et des noirs sans nuances rousses, Mme Diot préconise l’interdiction de marier les chows de variétés différentes (noirs avec les autres couleurs) à partir de 1965. Cette règle devient officielle lorsqu’elle est validée par la FCI en 1969 et restera en vigueur jusque la fin des années 1970. Les chiots issus de mariages qui ne respectent pas l'interdiction ne peuvent être inscrits au LOF au titre de la descendance.

L’assemblée générale de 1971 va marquer un certain nombre d’évolutions. Elle se tient, comme d’habitude à cette période, dans le salon Louis XIII du célèbre hôtel Georges V à Paris. La cotisation est portée à partir de 1971 à 30 Francs, soit environ 28 de nos euros actuels. C'est également au cours de cette assemblée que décision est prise de nommer des délégués régionaux qui devront se substituer au Club pour donner des informations. Mme Diot conclut la réunion en recommandant aux éleveurs d’acheter des chiots en Angleterre afin d’insuffler un sang nouveau en France. Elle observe que les chows noirs sont en augmentation et exprime sa satisfaction sur la couleur noire de ceux-ci puisqu’on marie à l’époque le noir avec le noir.



Les années 1980 et l'âge d'or

Mme Diot fut nommée Chevalier de l’ordre du mérite en 1973, mais fut également notamment Officier des arts, des sciences et des lettres, Officier du rayonnement et du prestige français. En 1977, elle démissionne pour raisons de santé et décède peu de temps après en laissant un grand vide autour d'elle. C’est son époux qui reprend la présidence et par la suite, le comité de 1977 se compose comme suit :

- Président : M. Robert Diot
- Vice-présidents : M. Limet et Mme Christiane Moussier
- Secrétaire Général : M. Pierre Etienne
- Trésorier : M. Hamel (du Sytka)

L’assemblée générale se tient désormais au Cercle des Armées à Paris. En 1980, elle réunit une centaine d’adhérents ainsi que l’intégralité du comité. Au cours de celle-ci, M. Diot rappelle que le Club a organisé 6 spéciales de race. Le comité informe les adhérents qu’il travaille sur un commentaire du standard destiné aux juges, lequel sera soumis au comité de la SCC. Objet de toutes les attentions, c’est l’interdiction de marier les chows noirs avec les autres couleurs qui est au centre du débat. En 1979, le comité a en effet remis une lettre au comité de la SCC plaidant pour la levée de cette interdiction. La demande s’appuie sur le constat qu’au terme d’une décennie d’application de cette interdiction, la couleur fauve s’est beaucoup éclaircie et la couleur rouge foncée a presque disparue. Pour autant, lors de l’assemblée générale, le président insiste sur le fait que cette interdiction a été bénéfique pour la couleur noire qui s’est améliorée.

Au cours des années 1980, les membres du bureau changent plusieurs fois. M. Hamel démissione de ses fonctions et il est remplacé par M. Jacques Deparis (de l'Aliermont), nouveau venu au comité. Mme Hamel (de Sytka) prend la succession de M. Limet à la vice-présidence. Puis c'est au tour de M. Diot de quitter la présidence et en 1983, c'est M. Etienne qui reprend la flamme. La fonction de secrétaire ainsi laissée vacante est reprise par M. Deparis et Mme Eugénie Lupato (de la Loblutière) est cooptée pour assumer la charge de Trésorière. En 1984, le bureau se compose de la façon suivante :

- Président : M. Pierre Etienne
- Vice-présidents : Mme Hamel (de Sytka) et Mme Moussier
- Secrétaire Général : M. Deparis (de l'Aliermont)
- Trésorier : Mme Lupato (de la Loblutière)

Après la France Canine, le Club publie son bulletin par l'entremise de la Vie Canine à partir de 1977. Le magazine cessant sa parution, le Club adhère à une revue similaire appelée L'officiel des éleveurs à partir de 1983, puis à la revue Chiens de France l'année suivante. En 1984, le Club renoue avec la tradition passée et publie sa revue par ses propres moyens. L'administration de la revue est confiée à M. Deparis et à partir de septembre 1984, elle est envoyée aux adhérents tous les deux mois.

Le nombre d’adhérents est d’environ 600 sous la présidence de M. Diot. Entre 1975 et 1985, plus de 4000 sujets sont enregistrés au LOF, représentant une moyenne de près de 400 naissances par an. La barre des 14000 enregistrements est franchie au début de l’année 1991. Le Chow-Chow connaît alors son âge d’or avec, dans la deuxième partie des années 1980, un nombre moyen de naissance sur la période 1985-1990 d’environ 500. L'année 1987 marque un record inégalé à l'heure actuelle de 577 naissances enregistrée au LOF durant l'année.

Au milieu des années 1980, les fauves clairs tels que nous les connaissons aujourd’hui sont plus rares que maintenant et la couleur la plus répandue est le fauve moyen représentant 73% du cheptel français. Le noir et le rouge (fauve foncé) représente quant à eux environ 10% des Chows français, le bleu environ 5% et à la traine le crème pour environ 2%, quasi absent de la scène. L’élevage reste massivement familial, et ce depuis l’implantation même de la race au début du siècle, comptant d’une poignée à une petite vingtaine de sujets. Dans le milieu des années 1980, le Club recense une vingtaine de ce type d’éleveurs et un nombre identique de producteurs occasionnels. Environ 2000 Chows appartenant à environ 1500 heureux propriétaires sont adhérents du Club et un nombre équivalent est probablement non-adhérents en 1984.

En 1982, le Club organise sa première Nationale d’élevage, jugée par MM. Selosse et Diot. Le meilleur mâle désigné lors de l’exposition est Fr Ch Patchi Lama de Syr Daria, mâle bleu à poil court et Int/Fr Ch Rheinadel de Berlaimont, femelle bleue. Les réserves vont respectivement pour le mâle à Int/Fr Ch Chanoyu Fiery Dragon et la femelle Int/Fr/Lux Ch Nha Tchou Hang Chen.



L'entrée dans l'époque contemporaine

Le bureau du Club connaît de nouveaux mouvements de personne en son sein jusque dans les années 1990. M. Etienne assume la présidence du Club jusqu'en 1986. Suite à sa démission, M. Daniel Favier (de Nha Do Mong), nouvel entrant dans le comité suite aux élections de 1986, est élu président. Mme Hamel décide de quitter le comité pour raisons de santé en 1987. Mr Jacques Jamet est alors coopté au comité suite à son départ. M. Deparis démissionne de son poste de secrétaire tout en restant au comité. Mme Etienne le remplace pendant une courte période. Enfin, au cours de la réunion du 21 mars 1987, Mme Etienne est désignée vice-présidente et M. Jamet secrétaire général. Lors des élections de 1989, Mme Moussier ne sera pas reconduite par les votes et un certain nombre de nouvelles têtes font leur entrée au comité dont M. Oscar Meyer (du Sama Khada). Mme Etienne ne se représente au poste de vice-président et c'est ainsi que Mme Georgette Dufour (du Kiang Sou), membre du comité depuis plusieurs années, et M. Meyer sont élus tous deux vice-présidents. Enfin, en 1991, Mme Dufour quitte le comité et M. Jamet prend la vice-présidence vacante. M. François Marcinkowski (du Terikomi) est coopté au comité où il prend la fonction de secrétaire laissée libre par M. Jamet. De retour au comité, Mme Moussier reprend ensuite la vice-présidence à la place de M. Meyer, qui demeure toutefois au comité. En 1992, le comité se compose comme suite :

- Président : M. Daniel Favier (de Nha Do Mong)
- Vice-présidents : M. Jamet et Mme Moussier
- Secrétaire Général : M. Marcinkowski (du Terikomi)
- Trésorier : Mme Lupato (de la Loblutière)

La fonction de vice-président subira durant les annnées 1990 et 2000 plusieurs changements, alors que les autres membres du bureau resteront en place de manière continue. En 2008, suite au décès de M. Favier, Mme Chantal Mery, alors vice présidente, est élue à la présidence, position qu'elle assume encore à l'heure actuelle.


Et quelques records de longévité pour nos membres élus au comité !

Pour finir, on peut féliciter les détenteurs des records de longévité aux fonctions suivantes :

- Président : Daniel Favier (1986-2008)
- Secrétaire général : François Marcinkowski (depuis 1990)
- Trésorier : Eugénie Lupato (depuis 1983)
Et enfin le record de longévité au sein de comité revient à Eugénie Lupato, qui oeuvre de manière continue depuis 1983!

Écrit par Julien Marchetti (2010)
Avec la précieuse aide de Francine Lambert, Eugénie Lupato,
Hélène et François Marcinkowski

Mme Lupato, trésorière depuis 1983, décédée en décembre 2015, détient le record de longévité en ayant œuvré 32 ans au sein du comité.

En mars 2016, M. François Marcinkowski a quitté ses fonctions de secrétaire général en mars 2016 après 26 ans à ce poste pour un repos bien mérité.

Mme Méry a également quitté ses fonctions et M. Jean -Claude Klein, alors vice-président , a été élu à la présidence, fonction qu'il occupe encore actuellement

 


Quelques évènements à retenir...

28/03/1954 Le Chow-Chow Club Français présidé par Mme Diot dépose ses statuts à la Préfecture de Paris
06/05/1954 Le Chow-Chow Club Français est admis au stage d'affiliation à la SCC
29/12/1954 Mme Descamps est élue Présidente
01/02/1957 Après avoir effectué son stage, le CCCF est affilié définitivement à la SCC
03/02/1959 Mme de Vilhena est élue présidente
05/10/1959 Mme Diot reprend la présidence
20/11/1977 M. Diot est élu Président
17/12/1983 M. Etienne est élu Président
21/09/1986 M. Favier est élu Président
04/05/2008 Mme Mery est élue Présidente
08/03/2016 M. Klein est élu président

Webmaster : Dan Chagnard
Site web créé par Chow's Who - © 2010 Tous droits réservés